[GIF] NewLogoCEVEO
Coopération & Echanges Vétérinaires Est-Ouest
[GIF] Drapeau Francais    [GIF] Drapeau Anglais
 

CEVEO - Le VIETNAM en 2012

Formation vache laitière
Pierre Brouillet

Elles ont commencé dés le premier jour, tout a été bien organisé : documents traduits, planning préétabli pour les deux semaines, alternance de formations en salle et visites sur le terrain dans des fermes des districts de Hoc Mon et de Cu Chi.

CEVEO dispose maintenant d'une panoplie d'outils pédagogiques et de documents techniques dont une grande partie est traduite en vietnamien et qui peuvent être mis à la disposition d'autres missions au Vietnam ou dans d'autres pays.

Nous sommes allés dans le Vietnam rural et avons rencontré des éleveurs qui vivent et travaillent dans des conditions très précaires mais qui nous écoutent beaucoup. Ils manifestent beaucoup d'espérance pour le développement apporté par nos missions. Heureusement ils habitent dans un environnement magnifique au milieu des plantations d'hévéas et de bananiers.

Les thèmes de formation abordés :

Ils résultent des priorités définies lors des audits des années précédentes en tenant compte de la situation des élevages et des attentes des vétérinaires :

Mammites :

Comme dans tous les pays du monde c'est la pathologie la plus fréquente qui entraîne de nombreux traitements antibiotiques et un coût important pour les éleveurs.

Le manque de détection des mammites cliniques et l'absence de suivi des comptages cellulaires font que le problème est très sous évalué.

Les vétérinaires connaissent bien les moyens thérapeutiques mais les utilisent mal.

Les problèmes de traite, d'hygiène et de réglage de la machine à traire représentent des facteurs de risques majeurs sur lesquels Jacques a beaucoup insisté.

C'est un problème qui doit être abordé avec tous les partenaires (vétérinaires, Administration vétérinaire, Administration de l'agriculture, laboratoires, laiteries….) mais il est encore très difficile de les mettre autour de la même table.

Infécondité :

C'est un domaine où nous sommes très actifs en France, les vétérinaires du Vietnam le sont moins et sont confrontés à des problèmes difficiles à résoudre. Beaucoup de vaches sont réformées à cause de leur non fertilité. Cela représente un coût considérable pour l'élevage.

La cause la plus préoccupante est l'alimentation, les vétérinaires ne pourront apporter des solutions que si l'alimentation des troupeaux est complètement revue.

Nous avons insisté sur l'importance de la gestion des troupeaux et la détection des chaleurs tés difficile dans des troupeaux où toutes les vaches sont à l'attache.

Les pathologies du pied et boiteries :

Ce sont des pathologies dominantes dans tous les élevages que nous avons visité. Les conditions d'élevage et l'alimentation en sont les causes principales.

Le développement du concept ferme de référence CEVEO devrait limiter de manière significative ces pathologies.

L'alimentation :

C'est le gros point noir, le manque de fourrage est compensé par un apport excessif de concentré et on oublie trop fréquemment que les bovins sont des ruminants. Il ne suffit pas de calculer la ration mais de bien veiller à la nature de ses composants et à la mise en libre disposition auprès des animaux.

Cela est très mal compris et les conséquences de maladies digestives et métaboliques sont considérables avec notamment acidose, alcalose, stéatose….

La solution est loin d'être simple : les petites surfaces des exploitations limitent les apports fourragers.  Certains élevages sont au milieu de zones très peuplées restreignant leurs possibilités d'extension. Nous n'avons pas pu savoir s'il y avait un plan de développement de l'élevage laitier avec les services de l'agriculture.

Les conséquences économiques sont majeures, par exemple : les vaches produisent 12 à 13 litres de lait par jour, certaines vaches reçoivent jusqu'à 8 kg de concentré et le prix d'un kg de concentré est le même que celui d'un litre de lait……

Nous avons passé beaucoup de temps sur ce sujet et pensons qu'une mission dédiée à l'alimentation aurait toute son importance.

Nous avons formalisé le souhait de rencontrer les services officiels de l'agriculture mais cela n'a pas été possible.

Antibiotiques :

Les vétérinaires vietnamiens disposent de tous les antibiotiques et en font une utilisation absolument pas raisonnée et pourtant ils ont tous entendu parler de la mobilisation mondiale contre l'antibiorésistance compte tenu de l'incidence sur la santé humaine. Nous avons passé une demi-journée sur le sujet.

Conditions de la formation :

            Le nombre de stagiaires était peu important, ce qui n'est pas un problème en soi car nous considérons que c'est une formation de formateurs mais notre formation va-t-elle être bien démultipliée en notre absence ?

            Les conditions de formation ne sont pas très satisfaisantes : nous ne disposons pas tous les jours d'une salle digne de recevoir nos formations car la salle prévue était réquisitionnée par le service de la santé humaine ou réunion dans la "salle à vivre" de l'éleveur. Les aptitudes de notre ami TRUNG, seul traducteur disponible, au management des réunions et des stagiaires et hélas de la traduction nous laissent perplexes. Le problème de la traduction oblige les deux intervenants à s'alterner et donc à avoir des plages d'inactivité dans la journée. Heureusement que nos présentations avaient été traduites avant la formation. Nous sommes intervenus auprès de Madame Kim Chau, c'est un problème important qui fait perdre beaucoup de temps.

           

Heureusement pour se détendre...il y a le repas de midi dans la campagne au bord des routes où nos qualités d'hygiéniste nous empêchent de goûter à de très nombreux  plats semblant très savoureux mais aux qualités olfactives renversantes!... et puis n'oublions pas que le droit de la sieste est inscrit dans la législation locale et que Pierre et Jacques doivent laisser leurs stagiaires dans des hamacs  pendant une heure, malheureusement trop petits pour eux.

 

Administration
Conception / Réalisation / Hébergement : ADVI SARL