[GIF] NewLogoCEVEO
Coopération & Echanges Vétérinaires Est-Ouest
[GIF] Drapeau Francais    [GIF] Drapeau Anglais
 

CEVEO - Le VIETNAM en 2012

Formation Animaux de Compagnie
Jean Paul Berruyer

   

          Dès le meeting du lundi matin achevé, la délégation CEVEO a gagné la salle habituelle de formation en pathologie des petits animaux. Nous avons été accueillis dans ce lieu de conférences très bien préparé  par les vétérinaires inscrits à notre enseignement pratique. 23 stagiaires étaient présents, 15 F, 8 M, 5 « private », 18 fonctionnaires. Ils étaient tous des régions d’HCMV et du Mékong.

 

            Après l’échange habituel de fleurs et de cadeaux de bienvenue, Pierre et moi avons prononcé nos discours de début de formation : nous avons insisté sur les perspectives du concept « One Health », la bonne utilisation du médicament et le rôle du vétérinaire canin en santé publique vétérinaire. Mesdames Kim Chau et Le Hang ont toutes deux fait un discours très favorable au travail de CEVEO et à celui de ses experts.

            Le Docteur Tuan a assuré comme d’habitude la traduction de mes exposés. La Docteure Nga s’est elle occupée de la liaison élèves-« Teacher » et a parfaitement su résoudre mes problèmes au quotidien. La Doct. Le Hang a au mieux de ses possibilités, répondu à mes demandes matérielles.

          

Déroulement de la formation : 

            Les consultations de l’après-midi à la clinique de la DSV ont été une fois de plus très prisées. Le matin suivant la consultation, la discussion s’engageait  avec les stagiaires après mon exposé  sur les cas consultés et faisait l’objet d’échanges passionnés ! Pour chaque animal consulté une heure et demie était nécessaire pour épuiser le sujet. Il faut dire que les pathologies observées ont été une parfaite illustration des buts de notre mission axés sur les zoonoses, leur suivi et leur prévention par le vétérinaire canin, et l’utilisation raisonnée des antibiotiques :  Pyodémodécie généralisée, Polynévrite ascendante très suspecte (rage muette, : botulisme, maladie d’Aujesky, intoxication…?), , Syndrome de Cushing compliqué d’une dermite à Microsporum canis.

           

            Ces pathologies diverses et sérieuses m’ont permis de beaucoup souligner le rôle du praticien dans la santé publique vétérinaire, thème de mon discours de présentation. En outre et contrairement à l’année dernière, j’ai pu vérifier que si les vétérinaires fonctionnaires étaient correctement vaccinés contre la rage les « private » eux ne l’étaient pratiquement pas. Cette carence vaccinale en zone endémique m’a fait beaucoup insister sur leur nécessaire protection contre cette zoonose mortelle et le suivi des animaux suspects.

            L’utilisation prudente des antimicrobiens a pu être largement développée à partir des nombreux cas d’infections dermatologiques. J’ai particulièrement insisté sur :

Ø  L’importance d’un bon examen clinique

Ø  la  nécessité du recours à l’antibiogramme

Ø  l’utilisation de l’antibiotique le plus adapté à des posologies correctes pour éviter les phénomènes d’antibiorésistance, préjudiciables à la santé humaine lors de zoonoses (dermatites à staphylocoques)

 Les vétérinaires vietnamiens présents à ma formation m’ont paru très au courant de ces problématiques.          

           Les débats sur les animaux consultés ont été très prisés et enrichissants . Le programme décidé lors de nos échanges avec les Services Vétérinaires, préalables à la mission a été très apprécié (8 TB, 14 B, 1 AB), son contenu a satisfait les vétérinaires présents (11 TB, 12 B) et l’intervenant a contenté l’assistance (10 TB, 13 B).

           

Fin de la formation :

            La remise des diplômes a été une fois de plus l’occasion de mesurer combien ce peuple peut être chaleureux et raffiné: fleurs, petits cadeaux personnels et invitation des stagiaires au restaurant où on ne peut faire un geste sans que tout vienne à portée de main.      Chacun a eu bien sûr son petit compliment du formateur, la période de presque deux semaines est bien plus adaptée à la connaissance des stagiaires et au suivi des cas présentés à la clinique. Nous avons également approuvé, à travers notre propre expérience, les réflexions de la Docteure Kim Chau, présentées dans son discours de clôture de la formation, sur le fait que les vétérinaires vietnamiens doivent s’engager plus en pratique rurale et en santé publique vétérinaire.

 Conditions de la formation :          

            L’ambiance générale auprès de mes accompagnants (Docteurs Le Hang, Tuan et Nga) et des stagiaires a été excellente. Cette « promotion » était particulièrement vivante et il n’y avait guère de différences entre vétérinaires « private » et fonctionnaires. La démarche sémiologique et la réflexion devant chaque cas clinique ont fait des progrès.

            Seules à mon avis les conditions offertes lors des consultations à la Clinique de la DSV d’HCMV doivent vraiment être améliorées. Soulignons néanmoins la bonne volonté de la Doct. Le Hang qui a mis au point un questionnaire type pour chaque cas consulté après nos remarques de l’année dernière.

Conclusions de la Mission en Médecine des Animaux de compagnie 

            Le retour à une mission étalée sur deux semaines a donné la possibilité de mieux connaître les stagiaires ce qui a facilité les échanges et permis à tous de mieux s’exprimer notamment en consultation et en analyse des pathologies observées. Les zoonoses, la vigilance que doit entraîner la présence de la rage, endémique au Vietnam et les conditions de l’antibiothérapie ont été les sujets  de base de la formation. Les vétérinaires vietnamiens ont parfaitement intégré la notion de vétérinaire garant de la santé publique.

            Les progrès dans la communication avant le début de la formation ont concouru à améliorer le dialogue entre formateur, traducteur et expert CEVEO. Ces progrès et l’implication du formateur ont été validés par les stagiaires.

            La formation a été bien organisée mais le point vraiment à améliorer malgré déjà beaucoup de remarques lors de missions précédentes est l’amélioration des moyens et matériels présents à la Clinique de La DSV. Nous avons une fois de plus insisté auprès de ses dirigeants lors du meeting final sur ces carences. Mesdames les Docteures Kim Chau et Le Hang en ont conscience, il semble qu’un achat d’un appareil de radiographie soit projeté.

           

            Cette vitalité des échanges avec ces jeunes confrères vietnamiens et leur gentillesse ont permis au formateur d’oublier les contingences environnementales et climatiques de la mégapole qu’est devenue HCMV.

Administration
Conception / Réalisation / Hébergement : ADVI SARL